Vermin

I know i might have acted injustly

But haven’t they killed?

Were their actions ever justified?

Were their actions ever to be what we could have expected?

I’m just like a loyal pet you watch running’ round in a wheel

Still you dare to treat me like I was nothing but shit

My heart’s exploded, broken, smashed

And you’ll just wash your hands of all the blood,

Won’t shed a tear

When night comes, we the dead shall be revived

We shall walk the earth and have our revenge

And as we make them eat their heart out

They will see, we exist as well

My thoughts are mine no matter what

You will say or do

But is there anything wrong I’ve ever said and done?

Suffocate me, Lynch me

Make me suffer in my own prison skin

You can see and hear my silent cries

What will it take to make you realize I have a heart too?

I’m just like a loyal pet you watch running’ round in a wheel

Still you dare to treat me like I was nothing but shit

My heart’s exploded, broken, smashed

And you’ll just wash your hands of all the blood,

Won’t shed a tear

When night comes we the dead shall be revived

We shall walk the earth and have our revenge

And as we make them eat their heart out

They will see we exist as well

Je voudrais bien arriver à dormir la nuit, m’arrêter de penser

Mais ces pensées sont au moins miennes

Sont tout ce que je souhaite, espère et ressent

Je ne pourrai apprendre à me contenter de moins

Je n’ai jamais appris à m’apprécier

Forever forced to see this world with my eyes only

Forever stuck in a dream

With my thoughts

How can I try and reach my anything

The ladder has been broken and stolen

How can I try to teach anything

This whole world has spoken but never have I learned a damn thing

Mais quand la noirceur tombe

Nous les morts, les brisés seront ressuscités

Nous envahirons la terre, avec une vengeance

Et alors que nous vous ferons dévorer vos cœurs

Vous verrez nous existons aussi

Witch

Je vis dans le noir

Mais je peux toujours discerner la beauté quand mes yeux la voient

À la lumière d’une chandelle, je te regarde

Tu es toujours aussi belle, si je te trouve je te garde

Tes yeux me transportent dans un monde

Qui serait parfait pour tous et chacun

Ton assurance apporte ma délivrance

You belong in here (So unlike me)

As much as I would love to belong to you

I want to find you

Need to find you in my world

Your light enchanted me

Now by candlelight you’re still so beautiful

By candlelight I’m struck by you

And in my mind I’m moving heaven and earth

Leave no stone unturned in hopes that I’ll find you

And between heaven and earth I hope that somehow, somewhere I’ll be with you

You still look so beautiful by candlelight

Inspiring, a power lucid and upright

My mind’s energy was wearing thin but

You brought me back to life when you came in

You still look so beautiful by candlelight

Your eyes tell a story of a whole world, lost somewhere

Your world, a world where we all want to fit in

You belong in here (So unlike me)

As much as I would love to belong to you

I want to find you

Need to find you in my world

Your light enchanted me

Now by candlelight you’re still so beautiful

By candlelight I’m struck by you

And in my mind I’m moving heaven and earth

Leave no stone unturned in hopes that I’ll find you

And between heaven and earth I hope that somehow, somewhere I’ll be with you

I will be the beast, you be the beauty

I will be the beast, still you’ll live within me

Forever and eternally

I will be the beast and you be the beauty

You belong in here (So unlike me)

As much as I would love to belong to you

I want to find you

Need to find you in my world

Your light enchanted me

Now by candlelight you’re still so beautiful

By candlelight I’m struck by you

And in my mind I’m moving heaven and earth

Leave no stone unturned in hopes that I’ll find you

And between heaven and earth I hope that somehow, somewhere I’ll be with you

Je vis dans le noir

Mais je peux toujours discerner la beauté quand mes yeux la voient

De la bouche de l’homme

Dit de la bouche de l’homme

Écrit par sa main

Une invention pour justifier l’injustifiable

Pour apaiser sa peur de l’inconnu

De ce qu’il ne maitrise pas encore

From the mouth of man

Written by his hand

Commandments, principles

Beliefs of a higher stand

Between everything and nothing

There must be something

There has to be something

Better than the life I’m living

Something half as great as the life I want to live

Evil inside (Cages of flesh and bones)

You are standing in my face

Pretending to be the voice of everyone

The one and only reasonable choice

The voice of reason inside of us

Our one and only protection against our naïve minds and foolish ignorance

Horror has been spreading itself for years through thoughts and actions

Of our human nature

If life’s to be preserved some deaths are to be expected

But I suppose these deaths are fine

When they wake you up at night and make you think what to say next

But don’t try to ever wake me up

Late with your wisedom and catch phrase

I’ve seen it all before

I’ve heard them all before

We fall like flies

Choke on your lies

Have you took a shit

Too gross for us to eat

We are far passed the point where these murders are justified

We sit back and

Must we all agree

Where the danger lies outside and who’s the real enemy

I am far passed the point when your words make sense to me

But everything starts

In each and every one of us

Should our personal wars be won

They’re fought against

Egos and evil that aren’t bound to cages of flesh and bones

We are the same, only when it pleases you

You’re one of us, only when it matters to you

You will open your eyes, claim our country as yours

Only once the shit has hit the fan and someone has to clean your space

And the cleansing starts

I suppose these deaths are fine

When they wake you up at night and make you think what to say next

We fall like flies

Choke on your lies

Have you took a shit

Too gross for us to eat

We are far passed the point where these murders are justified

We sit back and

Must we all agree

Where the danger lies outside and who’s the real enemy

I am far passed the point when your words make sense to me at all

But everything starts

In each and every one of us

Should our personal wars be won

They’re fought against

Egos and evil that aren’t bound to cages of flesh and bones

Le chat noir-The Black cat

Je dois m’habituer à cette noirceur

Comme tu y es habituée

Tu n’en as pas peur

Ce qui vit en mon fort intérieur

Je ne l’ai pas choisi

Je le transporte avec moi

C’est ma croix

Mais quand la lumière s’éteint autour

Et que je suis laissé seul

Face à cette noirceur extérieure

Je regarde tout autour

Tentant de te discerner

Je rêve chaque nuit que tu es à mes côtés

Pour guider chacun de mes pas

J’entends tes pas aller et venir

Mais je te perds dans cette obscurité

Je te cours après, aveuglement

S’il-te-plaît ralentis

Ne te cache pas

Je ne sais pas où je vais aboutir

Masqué

Tu te sauves de moi

Telle une bête que j’ai violée

Irritée

Tu échappes à mon étreinte

Je comprends que tu ne m’as jamais aimé

Et ce jour fatidique

Quand pour une raison ou une autre

Nous serons à tout jamais séparés

Je me souviendrai de ta franchise

De ta froideur mais surtout de ta beauté

De ton réconfort

De tes yeux habitués à la noirceur

Des yeux qui pourtant fuyaient ma noirceur intérieure

Et je serai laissé seul à me demander

Comment, pourquoi

Et ce que je dois vraiment retenir de ton court passage dans mon univers

Ce que je dois emporter de ta courte présence passée à mes côtés

Je m’habitue lentement à ma noirceur

On m’a souvent rejeté mais je sais

Que toi tu n’en as jamais eu peur

Manger le cannibale

Si je me sers de mon imagination

Pour faire une prédiction, aussi juste s’avèrera-t-elle

Tient-elle du génie ou de la folie?

Est-elle un avertissement, même aux plus prévoyants

Ou rien d’autre que de la pure fiction?

Comment on se sent

De ne plus être le dernier maillon de la chaîne alimentaire?

Espèce de démon

Tu n’appartiens désormais qu’à notre imaginaire

Nous sommes les bons

Toi le cannibale, toi le méchant

Nous sommes tolérants

Pour ça nous voulons te voir être exécuté

Nous applaudirons de ces mêmes mains que tu as coupées

Un œil pour une dent, voilà notre sens de la justice

Toi le voleur, toi le méchant

Nous te regarderons souffrir et mourir et nous nous régalerons

Une prédiction, aussi juste soit-elle

N’est-elle rien d’autre qu’une folie imaginée par un génie?

Si je me sers de mon imagination

J’écris de la fiction

Parce que le mal n’existe pas chez moi

Je ne possède même pas de miroir

Je ne veux pas me voir

À m’endurer jour et nuit j’en ai assez

Mais toi, nous t’avons bien regardé

Espèce de démon

Tu n’appartiens désormais qu’à notre imaginaire

Nous sommes les bons

Toi le cannibale, toi le méchant

Nous sommes tolérants

Pour ça nous voulons te voir être exécuté

Nous applaudirons de ces mêmes mains que tu as coupées

Un œil pour une dent, voilà notre sens de la justice

Toi le voleur, toi le méchant

Nous te regarderons souffrir et mourir et nous nous régalerons

Cannibale, nous te jugerons et te mangerons

Cannibale, nous te jugerons et te mangerons

À gauche comme à droite

Couche à gauche et puis à droite

Pour éviter de marcher sur une corde raide

Demande notre attention

Mais je demanderais, à ceux qui mangent tes paroles

S’il y a vraiment une différence entre ce que tu dis et ce que tu chies

J’ai toujours respecté les prostitués

Qui gagnent leur vie à donner du plaisir

Mais qu’avez-vous fait de ces nobles métiers?

Qui vous ont été librement donnés

Rejette les notions d’unité et d’égalité

Quand bon te semble

Épargne-nous la vérité jusqu’à ce qu’elle

Nous saute en pleine face

Et puis blâme-moi, accuse-moi

De ne pas être assez alerte et réveillé

Certaines personnes aiment

Et d’autres haïssent

Alors que vous vous contentez de coucher

À gauche et à droite

Comme une girouette, au gré du vent

À gauche comme à droite, vous êtes découverts

Vous êtes au fond de plus simple prostituées

Et là haut comme ici bas

Le diable lui sait qu’existe toujours une vérité

Alternative aux inepties déblatérées

Par la fausse septique qui vous sert pour parler et manger